Stagefright : le retour de la faille en version 2.0

Une nouvelle faille de sécurité vient d’être découverte ! Mais elle n’est pas si nouvelle que ça puisqu’il s’agit d’une évolution de la faille Stagefright dévoilée fin juillet…

Alors que la première version de la faille n’a été fixée que sur une partie du parc, voici qu’une seconde version arrive. Celle-ci touche encore plus d’appareils que la première puisqu’elle serait présente depuis la version 1.0 de la bibliothèque du même nom, sortie en 2008. Sauf que cette fois la faille touche aussi la bibliothèque libutils qui est parfois utilisée par les constructeurs et les développeurs pour la lecture des fichiers audio MP3.

StageFright-630x381

La plupart des appareils Android seraient touchés en attendant que chaque constructeur et opérateur déploie une mise à jour de sécurité, ce qui risque d’être lent. Il y a aussi une forte probabilité pour que la plupart des appareils ne soit pas mise à jour.

Stagefright, Stagefright : le retour de la faille en version 2.0
Livio Didier

Né en 1998 à Sanary, Livio Didier quitte rarement sa terre natale. Entre mer et collines, c’est via le net qu’il donne à ses activités une dimension internationale. En parallèle de sa scolarité, il développe la création de sites, d’applications et de jeux. Il n’a que 14 ans lorsqu’il signe un premier contrat de conception de site. Soucieux de démocratiser la culture, il étend sa première société Livio Informatique au domaine de la diffusion radiophonique par le web et inaugure en 2013 Radio Livio. Un an plus tard, il ouvre sa maison d’édition Livio Éditions, ayant pour mot d’ordre de favoriser l’accès au plus grand nombre. Ces trois activités conjuguées lui permettent aujourd’hui de diffuser des émissions musicales et culturelles, de proposer à moindre frais des ouvrages de qualité, de promouvoir des auteurs et même des musiciens. On ne compte plus les idées que Livio développe et les projets qu’il réalise avec l’enthousiasme tranquille qui le caractérise. Philanthrope, engagé, et sensible à tout ce qui touche le quotidien, nul doute que Livio Didier suive un parcours qui n’a pas fini de nous étonner.

14 thoughts on “Stagefright : le retour de la faille en version 2.0”

    1. Bonjour,
      Est ce qu’il serait possible de nous signaler les fautes par mail grâce au lien prévu à cet effet dans les articles au lieu ed mettre des commentaires de ce style. Cela nous aiderait à nous améliorer.

  1. A vrai dire je ne suis pas d’accord. Vous signaler les fautes ne sert manifestement à rien car malgré cela vous en faites encore et toujours.

    Si vous n’en avez pas, la mise en place d’un correcteur dans l’interface où vous écrivez vos articles serait un premier pas. Ensuite effectivement, tout le monde peut s’améliorer avec de la pratique, et une relecture attentive.

  2. Le système de « signaler une faute » devrait fonctionner de la meme manière que les commentaires (quitte à ce qu’en interne votre appli vous envoi un mail…) et pas un envoi de mail via nos webmails à nous…
    et ensuite dire que les fautes « vous ne les connaissez pas » c’est juste impossible ou alors faut vraiment retourner à l’école ou changer de métier/passion… les fautes élémentaires des a/à ces/ses/c’est é/ée/er c’est facile à corriger…
    ensuite une simple relecture et un correcteur orthographique (Word…) et 95% des fautes sauteraient et on reviendrait « comme avant »…
    mais faut le vouloir et pas sortir le genre d’excuse comme la dernière fois « bah moi je trouve pas » quand quelqu’un faisait remarquer qu’il manquait des mots…
    courage…

  3. Moi, je trouve que ce n’ai pas à nous de signaler et même de corriger les fautes, c’est votre site, c’est vos articles alors c’est votre boulot.

  4. @Livio Didier : « on ne les connaient pas ». Un verbe s’accorde avec son sujet donc « ON », 3ème personne du singulier donc connaît !
    C’est niveau primaire ça…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.