Test du Oppo Reno 2z, vivement une mise à jour

Quand j’ai su que j’allais testé cet Oppo Reno 2z, un sentiment d’impatience m’envahit. Car en effet je suis impressionné par cette vague de constructeurs chinois qui déferle sur le marché français. Ils proposent un tél rapport qualité prix à chaque fois, c’est bluffant. Le seul élément qui peut vraiment les différencier, c’est la surcouche logicielle, hélas tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.

Est-ce qu’il remplit ses promesses de téléphone tueur de milieu de gamme ? La réponse dans ce test.

Contenu de la boîte de l’Oppo Reno 2z

Une impression de haut de gamme chez Oppo.
une boîte déjà bien complète

La boîte est plus grande que d’habitude mais ce n’est pas dérangeant, au contraire on a l’impression d’avoir acheté un téléphone haut de gamme. Il y a même sur celle-ci le motif qui rappelle le design de cette gamme : la signature. À l’ouverture on tombe pas tout de suite sur le précieux mais sur un pli contenant un guide de mise en route et la garantie, le suspense est palpable. Étape suivante, enfin le téléphone, dans un berceau du plus bel effet car grâce à l’allongement de cette boîte, Oppo a pu l’orner de sa marque. Il y a bien sûr en dessous tous les accessoires d’usage, un adaptateur secteur de 20 watts, un câble USB, des écouteurs et une protection arrière. Point positif, cette dernière n’est pas comme toutes celles qu’on trouve en général dans les boîtes des autres constructeurs. Celle ci est en plastique dur imitation cuir et avec le motif rappelant la fameuse signature. Bravo Oppo, le <packaging> est presque parfait. Presque, parce que j’aurai bien aimé trouver une protection d’écran lors de ce déballage.

Design et caractéristiques

Prise en main et ressenti

Lorsque j’ai tenu le téléphone pour la première fois, mon impression a été très bonne, voire excellente. Les bords à l’arrière sont incurvés, le bloc optique ne dépasse pas, rien ne vient gêner à la préhension de l’appareil. Les tranches verticales sont arrondies, alors que celles qui sont horizontales sont plates. Il est assez lourd mais c’est compréhensible, il a une grosse batterie et un grand écran. Non franchement, je suis assez impressionné. Proposer une telle finition pour 349€, c’est fort.

Le tour du téléphone

Commençons par la face avant et ce bord d’écran, c’est un peu le leitmotiv de l’achat du téléphone. Un bord d’écran dépourvu d’appareil photo et avec seulement un écouteur. D’ailleurs, ce dernier ne fait pas haut-parleur et c’est bien dommage car il est très grand. En dessous, nous avons un écran OLED de 6,55 pouces en full HD+. Et pour en finir avec la tranche inférieure, pas de logo, pas de haut-parleur ni même de zones sensitives servant à la navigation mais c’est pas plus mal, ce bord d’écran (appelé aussi menton) est très petit.

Quel plaisir ce "sans bords".
un cadre presque parfait

Sur la tranche inférieure, une prise mini-jack, le micro principal, un port USB de type C (réversible) et le haut-parleur.

Le quatuor classique bien connu mais efficace.
un bel alignement

Sur la tranche droite, il y a  le bouton d’alimentation et le tiroir pour les cartes sim. Tiroir que l’on ouvre avec une tige d’extraction et où on peut mettre deux cartes sim au format nano et une micro SD pour étendre la mémoire. Pas de bouton appareil photo mais il est possible d’accéder à celui-ci grâce à un double appui sur le bouton ou en faisant glisser une icône sur l’écran de déverrouillage.

Deux cartes sim et une  carte pour l'extension de mémoire, pas de compromis.
une petite fantaisie sur le bouton d’alimentation

Sur la tranche supérieure, ce qui est le plus intéressant, la caméra pop-up. L’appareil photo avant de 16 Mpx  <sort> du téléphone, deux lumières accompagnent celui-ci. C’est très fun et ça a toujours son petit effet quand on le montre à quelqu’un. Il y aussi sur cette tranche, le micro secondaire.

Sur la tranche gauche, les boutons volume. J’aurai bien aimé qu’ils soient décalés vers le haut ou vers le bas car là où ils sont placés, ils se retrouvent en face du bouton d’alimentation (à la même hauteur) et j’ai souvent effectué des captures d’écran sans le vouloir.

Oppo Reno 2z, Test du Oppo Reno 2z, vivement une mise à jour
une tranche pas vide pour une fois

Et pour finir, à l’arrière, nous avons le bloc optique. Composé d’un objectif principal de 48 Mpx, d’un ultra grand angle de 8 Mpx, d’un téléobjectif de 2 Mpx et enfin, un capteur de 2 Mpx pour le mode portrait. Les quatre appareils photos sont alignés sur la hauteur et centrés sur cette face arrière, c’est très joli. Il y a même une petite bille qui empêche d’abîmer les objectifs lorsque l’on pose le téléphone. Et pour finir avec cette face arrière, il y a un double flash led, la signature de la marque avec son nom et les habituelles certifications.

Attention aux traces de doigts.
un alignement du plus bel effet

Connectivité

Du bluetooth et du wifi de cinquième génération, du NFC, une prise casque, de la B20 et même de la B28. Que demande le peuple? Plus sérieusement, j’ai rarement vu une aussi bonne connectivité. On peut même y brancher une clé USB ou un disque dur externe, c’est un véritable couteau suisse.

Interface et navigation

C’est ici que le bât blesse, en effet cette surcouche est vraiment à revoir. À l’heure où celles des autres constructeurs proposent un mode sombre, ici il faudra se contenter de la protection anti lumière bleue. Il y a énormément de paramètres et ils sont pas toujours très clairs. Les menus sont pas jolis je trouve, il y a même des gestes qu’on a l’habitude d’effectuer sur Android qui ne sont plus là. Il y a de bonnes idées pourtant, une barre de navigation personnalisable à souhait, un affichage lorsque le téléphone est en veille même si ce dernier n’affiche pas les notifications. J’ai même l’impression que cette surcouche affecte le processeur. Je ne doute pas qu’une simple mise à jour suffirait à remédier à tout ceci mais elle se fait beaucoup attendre.

L’écran de l’Oppo Reno 2z

Pour moi, ici c’est parfait. Un grand écran OLED, on a de magnifiques couleurs. Grâce à cette technologie, les pixels sont éteints pour afficher du noir, les zones sombres sont donc impeccables. La résolution sur cet écran donne une définition de 395 pixels par pouces, c’est largement suffisant. Ici, on a vraiment un écran de 6,55 pouces, je m’explique : quand on cache une encoche ou un poinçon, on perd en taille d’affichage là c’est le confort optimal. C’est une première pour moi et je dois dire que regarder un film là-dessus, c’est un truc de dingue si je puis m’exprimer ainsi. La luminosité est excellente, plus de 400 candelas par m², pour 349€ c’est bluffant d’avoir un tel écran.

Un excellent écran.
une bonne luminosité

Audio

C’est ici que c’est le plus frustrant sur ce téléphone, c’est l’appareil de la frustration décidément. D’habitude, quand je teste un smartphone, je lance la lecture d’une musique particulière. En effet, sur celle ci il y a des basses et en général les hauts parleurs mobile ont beaucoup de mal à les restituer. Là je les entends bien, c’est la première fois que je les entends aussi bien sur un téléphone. Le haut parleur est plus que bon, c’est vraiment dommage qu’il n’y en ai qu’un d’ailleurs. Ça aurait été super d’avoir une sortie sonore de part et d’autre de cet excellent écran, il n’y aurait pas eu meilleure expérience multimédia selon moi. Mais à 349€, je peux comprendre qu’on ai pas droit à de la stéréo. Il y a une prise mini-jack cependant, c’est un mal pour un bien.

Performance et jeux

Alors ici, je ne comprends pas. Clash Royale qui n’est pourtant pas un gros jeu tourne au ralenti, Jetpack Joyride qui est un petit jeu pour tuer le temps subit des ralentissements. Le téléphone refuse même de lancer Fortnite, j’ai déjà vu qu’un processeur n’était pas compatible, faute de puissance, mais au moins le téléphone lançait le jeu pour nous le dire, là on dirait que l’application plante. C’est surtout assez incompréhensible quand on voit le benchmark (évaluation des performances) qui est plutôt bon. J’ai l’impression que c’est le système d’exploitation qui bride ce processeur, encore une fois, vivement une mise à jour.

La photo avec l’Oppo Reno 2z

C’est les montagnes russes ce test, un coup c’est bien, un coup c’est moins bien. Ici c’est bien, c’est même plus que ça, je dirais. C’est mon premier Oppo, je découvre. Et qu’est-ce qu’elle est bien cette interface photo, je n’avais pas été séduit comme ça depuis longtemps. Tout est très bien fait, les raccourcis sont bien pensés. Et quand en plus, on voit les performances, c’est le top du top. Ce que j’apprécie le plus, c’est que quand on lance l’application appareil photo en général, on a le grand angle en premier et il faut chercher l’ultra grand angle. Là, on a ce dernier au démarrage et c’est très agréable. Le mode nuit est impressionnant, j’ai jamais vu ça. La galerie est pleine, avec cet Oppo Reno 2Z, on ne peut que se faire plaisir.

Autonomie et chargement

Grande première dans ce test, deux bonnes parties qui se suivent. En effet, ici on est bien lotis. 4000 mAh de batterie, pendant mon test, je ne suis passé par la case recharge que tous les deux jours. On passe de 5% à 95% en 70 minutes, même si on utilise le téléphone pendant la charge. La marque se targue même d’une charge à 51% en 30 minutes et c’est vrai, j’ai vérifié. Une telle efficacité, ça me rappelle Oneplus, pas étonnant que cette dernière et Oppo appartiennent au même groupe industriel. Il ne manquerait plus que la charge sans fil pour être complet mais je suis déjà assez bien satisfait.

Sécurité de l’Oppo Reno 2z

Quand on prend le téléphone en main, si on a enregistré son empreinte digitale au préalable, un logo apparaît sur l’écran de veille. Il faudrait essayer avec une protection sur l’écran, mais si toutefois la lecture d’empreintes échoue, il y a d’autres moyens de déverrouillage. La reconnaissance de visage par exemple, on appuie sur le bouton d’alimentation, la caméra sort et si elle vous reconnaît, c’est bon. Si vous êtes dans un environnement sombre, la caméra aura plus de mal et l’écran affichera du blanc, c’est indiqué <compensation de la lumière> c’est ingénieux. Si encore une fois, le déverrouillage est impossible, il y a toujours l’étape du schéma ou du code. La sécurité est prise au sérieux sur ce téléphone et ça, c’est super.

Points positifs

  • Du vrai bord-less (sans bord)
  • L’immense écran OLED
  • L’excellente batterie et son rechargement
  • La partie photo qui est époustouflante
  • Un superbe haut parleur…

Points négatifs

  • …qui est malheureusement tout seul
  • Une surcouche logicielle catastrophique
  • Des performances qui sont indignes d’un smartphone de 2019
  • une expérience trop irrégulière

La note de Droidsoft
14/20

Conclusion

Matériellement, pour 349€, c’est excellent. Malheureusement la partie logicielle ne suis pas, je ne doute pas qu’une mise à jour pourrait tout régler. La note gagnerait même 3-4 points mais là c’est pas possible, moi j’achète ce téléphone, je le ramène en magasin. C’est cruel parce qu’à ce tarif, pour moi il y a pas mieux. J’ai testé le Xiaomi Mi 9 Lite, en photo c’est beaucoup moins bien certes mais la surcouche logicielle est impeccable. Même la finition sur ce Oppo Reno 2Z est mieux je trouve et ce design sans bord, c’est magnifique. Vous l’aurez compris, je suis énormément frustré, ce téléphone est top. J’ai rarement vu un tel rapport qualité prix, c’est impressionnant. S’il vous plaît Oppo, proposez vite une mise à jour.

2 thoughts on “Test du Oppo Reno 2z, vivement une mise à jour”

  1. Un test que je partage aussi au niveau de ton avis .
    J’ai offert se Oppo Reno 2Z a ma moitié, elle vient d’un Honor 10 Lite, donc niveau taille/poids du bestio : ça change !
    J’ai eu le Reno Z, lui avais le son stéréo, dommage qu’il soit supprimé sur celui-ci …
    Pareil pour la partie precesseur : celui-ci et poussif sur des appli qui demande pas vraiment de puissance, comprend pas .

  2. Bonjour,

    Aussi je ne regrette pas mon achat mais comme Oppo est pas super répandu le moindre soucis c’est une galère pour la réparation. Je n’y connais rien et même pour les mises à jour de modèles peu répandu à la base https://mobilerepare.fr/ . Bref on comme a chaque fois les premiers acheteurs d’une marque peu présentes sur le marché essuient les platres. En Chine OPPO est présente dans toutes les rues.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.