La revanche de Qualcomm au MWC 2016

Les problèmes de surchauffe des Snapdragon 810 ont fait couler beaucoup d’encre chez Qualcomm, et nombreux étaient ceux qui pensaient que le fondeur mettrait du temps à se relever de ce qui apparait avec le recul comme un accident industriel.

Mais dès le MWC 2016 de Barcelone, il fallait se rendre à l’évidence, Qualcomm est déjà revenu au plus haut niveau et affichait fièrement sur son stand un carrousel de tous les smartphones haut de gamme prévus pour 2016 ou déjà sortis, et qui tous intégraient un processeur de la marque, qu’il s’agisse du premier Blackberry sous Android, du Lumia 950, du Samsung S7, voire même du Robohon, un très original et très mignon smartphone-robot japonais.

Robohon

L’énorme stand de Qualcomm reflétait bien cette confiance retrouvée, au point d’éclipser des smartphones dotés globalement des mêmes caractéristiques, et qui doivent principalement leur bon fonctionnement général aux puces surpuissantes de Qualcomm. Au delà des performances brutes, Qualcomm a aussi impressionné par ses capacités d’innovation, à l’instar de la fonction Ecopix intégrée dans ses dernières puces, qui consiste à jouer sur le gamma des écrans afin d’augmenter leur lisibilité sans toucher à la luminosité de la dalle, ce qui est forcément énergivore. En gros, lorsque le capteur de luminosité ambiante détecte que le smartphone est situé dans une environnement bien éclairé, le circuit Ecopix du Snapdragon 820 change les composantes de l’image, pour renforcer la clarté des zones déjà claires, et inversement, ce qui accroît le contraste.

stand Qualcomm-MWC 2016

Le musée virtuel de Qualcomm démontrait aussi la maitrise logicielle de ses ingénieurs. Avec une simple tablette Sony en main, et grâce à un logiciel de traitement AR développé par Qualcomm, des éléments 3D animés apparaissaient sur des supports physiques presque vide. Un effet toujours aussi impressionnant…

Qualcomm-MWC-1

Qualcomm devait réagir vite pour effacer la très mauvais impression laissée par un 810 à bout de souffle, et ce dès son lancement. Au vu du MWC 2016 de Qualcomm, on peut affirmer sans se tromper que la réaction a été à la hauteur de l’enjeu.

, La revanche de Qualcomm au MWC 2016
Livio Didier

Né en 1998 à Sanary, Livio Didier quitte rarement sa terre natale. Entre mer et collines, c’est via le net qu’il donne à ses activités une dimension internationale. En parallèle de sa scolarité, il développe la création de sites, d’applications et de jeux. Il n’a que 14 ans lorsqu’il signe un premier contrat de conception de site. Soucieux de démocratiser la culture, il étend sa première société Livio Informatique au domaine de la diffusion radiophonique par le web et inaugure en 2013 Radio Livio. Un an plus tard, il ouvre sa maison d’édition Livio Éditions, ayant pour mot d’ordre de favoriser l’accès au plus grand nombre. Ces trois activités conjuguées lui permettent aujourd’hui de diffuser des émissions musicales et culturelles, de proposer à moindre frais des ouvrages de qualité, de promouvoir des auteurs et même des musiciens. On ne compte plus les idées que Livio développe et les projets qu’il réalise avec l’enthousiasme tranquille qui le caractérise. Philanthrope, engagé, et sensible à tout ce qui touche le quotidien, nul doute que Livio Didier suive un parcours qui n’a pas fini de nous étonner.

3 thoughts on “La revanche de Qualcomm au MWC 2016”

  1. @jsudbdjd – mobile : Oui, fondeur… Qualcomm est une société fabless, qui sous traite pour la fabrication des puces, certes. Cependant, AMD et nVidia sous traitent également, ce qui n’emêche personne de les appeler « fondeurs » de GPU.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.