Huawei aurait vendu Honor pour 12,8 milliards d’euros

Publicité

La nouvelle est partie sur des rumeurs avant d’être confirmée quelques jours. La marque Huawei aurait bien vendu Honor. La cession aurait coûté environ 12,8 milliards d’euros.

Honor cédé par Huawei

Honor aurait été revendu par Huawei pour la somme de 12,8 milliards d’euros. Le constructeur chinois très acculé par les sanctions des Etats-Unis. Cela a poussé le groupe chinois à céder à un consortium sa filiale. Ce faisant Honor échappe ainsi aux restrictions de Washington. Le consortium en question possède déjà différentes firmes chinoises. Digital China serait d’ailleurs sa propriété. Ladite société s’occupe de la distribution des appareils mobiles Honor dans toute la Chine. Le gouvernement de Shenzen serait membre du consortium. L’acquisition de Honor va permettre à Digital China de devenir un actionnaire majoritaire 15% des actifs. Les autres actionnaires du consotium possèdent 10% chacun des parts de la société. La revente de Honor prendrait en compte la majorité des actifs de la filiale à savoir la marque, les infrastructures de gestion, de développement et de recherche ainsi que la chaîne d’approvisionnement. Le consortium malgré la cession a prévu conserver tous les emplois des salariés de Honor. Il est prévu que le constructeur devienne public. Honor d’ici trois ans serait la propriété du gouvernement de la Chine.

Plus de sanctions sur Honor

Honor avec une telle cession échapperait désormais aux sanctions des Etats-Unis. La vente serait motivée essentiellement par les sanctions d’origine américaine. Les sanctions américaines ne pèsent que sur Huawei. Sa filiale serait libre de nouer les partenariats avec les fournisseurs américains. Il en est de même avec les différentes entreprises qui passent par les technologies américaines. A la conclusion du contrat de vente, Honor serait autorisé à intégrer dans ses smartphones des chipsets qui sont gravés par TSMC voire ceux conçus par Qualcomm. Huawei ne pense pas attendre la levée des sanctions américaines pour mettre ses filiales sur orbite.

Publicité
Publicité