Huawei, Xiaomi, Oppo et Vivo veulent créer une alternative au Google Play Store

La nature open source d’Android est excellente dans le sens où elle permet aux développeurs de créer des applications qui ne sont pas nécessairement approuvées par Google. Mais qui permettent en même temps aux utilisateurs de les installer. N’importe qui ayant les compétences nécessaires pour créer une application peut en créer et n’importe qui possédant un appareil android peut l’installer. Avec le Google Play Store, qui compte près de 3,5 millions d’applications, Google domine le marché. Mais malheureusement pour l’entreprise américaine, tout cela pourrait bientôt prendre fin.

La chine pour une alternative au Google Play store

Dans un récent rapport de Reuters, il a été révélé que certains des plus grands fabricants chinois de smartphones se sont associés et veulent créer une alternative du Google Play Store. Parmi ces entreprises, il y a Huawei, Xiaomi, Oppo et Vivo, qui espèrent que cette décision remettra en cause la domination de Google.

alternative google play store, Huawei, Xiaomi, Oppo et Vivo veulent créer une alternative au Google Play Store

Surnommée Global Developer Service Alliance, cette plate-forme permettrait aux développeurs de mieux commercialiser leurs applications, services, musique et films sur les marchés étrangers. Nous imaginons également que cela aidera à détourner une partie des revenus du marché des applications de Google vers ces entreprises.

Par le passé, certains développeurs n’étaient pas trop ravis à l’idée que Google puisse supprimer les achats dans les applications. Et si ces entreprises peuvent créer une boutique d’applications qui pourra se différencier de Google Play en terme d’avantages pour les développeurs, beaucoup de ces développeurs pourraient peut-être songer à publier leurs applications sur cette plateforme.

De plus, avec les tensions entre les États-Unis et la Chine, nous sommes sûrs que Xiaomi, Oppo et Vivo sont probablement à la recherche de services alternatifs avant de se retrouver dans la même position que Huawei. Qui, rappelons le a été interdit par la maison blanche d’utiliser toutes technologies américaines. Et s’est vu retirer sa licence Android et par la même occasion privé de services Google.