Huawei refuse de se débarrasser de Honor malgré les sanctions américaines

Il n’est pas question pour Huawei de se débarrasser de Honor malgré les différentes sanctions américaines. Et, pourtant une telle décision est salvatrice.

, Huawei refuse de se débarrasser de Honor malgré les sanctions américaines

Un démenti formel de cession

Ne serait-il pas mieux que Huawei vende sa division Honor ? Cette question a été débattue par le célèbre analyste Ming-Chi Kuo. Selon lui, Huawei à travers la vente de Honor pourrait ainsi sauver sa marque et engranger assez vite d’argent. La marque chinoise n’est pas de cet avis et a démenti de telles spéculations. Huawei est sous le coup d’un embargo américain depuis l’année 2019. Les sanctions ont été imposées par l’administration Trump. La marque ne peut plus dès lors utiliser que des logiciels et des composants en provenance de la Chine et non des entreprises sous la coupole des Etats-Unis. Une telle situation est très handicapante pour le constructeur qui est contraint  de faire du 100% made de  la Chine. Cela pèse assez sur ses finances. La maison blanche ambitionne d’asphyxier la marque qui est accusée des actes d’espionnage pour le compte de Pékin.

Une vente pourtant profitable

La revente de Honor par Huawei pourrait bien engranger une petite fortune.  La marque intéresse plusieurs investisseurs. Une telle opération serait aussi bénéfique pour Honor. Cette branche de Huawei vole depuis un certain temps de ses propres ailes. Elle n’est plus considérée comme une sous marque qui  propose des smartphones à des prix cassés. Elle dispose de toutes les technologies Huawei. Pour résister aux affres de la concurrence sur le marché de la téléphonie mobile, Honor compte sur une communauté très solide pour poursuivre ses activités. La revente va permettre à Honor de ne pas être soumis à toutes les restrictions prononcées contre la maison mère. Elle serait ainsi capable d’utiliser tous les composants de qualité pour la fabrication de ses smartphones. Huawei est en réelle difficulté et une décision pareille serait salutaire et salvatrice.

Publicité
Publicité