Pixel 6 : Le premier processeur maison de Google se confirme

Après plusieurs mois de recherche et de nombreux essais infructueux, Google tiendrait enfin son processeur, fait maison, destiné à être implémenté dans ses smartphones. La firme de Mountain View a confirmé que le prochain Pixel 6 sera alimenté par un SoC qu’elle a, elle-même, développé et a baptisé Whitechapel. Cette invention marquerait le début d’une nouvelle ère pour le géant américain qui ne serait plus dépendante de son compatriote Qualcomm dans la fourniture des puces Snapdragon.

, Pixel 6 : Le premier processeur maison de Google se confirme

Le premier processeur pour smartphone signé Google

Les nombreuses rumeurs qui évoquaient des recherches en cours chez Google pour la conception d’un SoC propre seraient avérées. A en croire, les publications sur des sites de médias américains, assez crédibles, la Firme de Mountain View serait parvenu à concevoir un processeur pour smartphone qu’elle a décidé d’appeler Whitechapel, en interne, mais GS101 en externe. Les détails sur les travaux ayant conduit à ce résultat sont encore tenus secret, mais on sait que le nouveau SoC sera implémenté dans le Pixel 6. Aussi est-il que le géant de l’électronique ne serait pas parvenu tout seul à ce résultat. Samsung Electronics, pour son expertise dans les semi-conducteurs, aurait été consulté sur ce projet et aurait participé activement à son bon aboutissement.

Une confirmation peut-être précipitée par Google

On peut dire que la concrétisation d’un projet de cette envergure peut être considérée comme une grande réussite pour Google qui fait ainsi ses premiers pas sur le terrain des semi-conducteurs (hardware). Une première dont l’entreprise de Mountain View a peut-être trop vite officialisé. En effet, il n’est pas des habitudes du géant américain de se précipiter dans l’officialisation de ses nouvelles inventions. La confirmation du SoC maison qui équipera le prochain Pixel 6 serait une maladresse ou un accident d’un ingénieur de la firme. Une mégarde qui pourrait couter cher au constructeur, si Qualcomm décidait de rompre unilatéralement la fourniture de puces Snapdragon avant que Whitechapel ne soit vraiment prêt.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.