Les Etats-Unis autorisent Qualcomm à vendre des puces à Huawei

Publicité

On aurait dit que Huawei bénéficie d’une bouffée d’oxygène. C’est bien une bonne nouvelle pour sa clientèle. Les Etats-Unis ont autorisé Qualcomm à commercialiser des puces au groupe chinois.

Un processeur Qualcomm Snapdragon

Enfin, Huawei a reçu une bonne nouvelle. La marque est autorisée à commercer à nouveau avec Qualcomm. Tout comme Sony, Samsung ou Intel, le fondeur d’origine américaine bénéficie d’une licence de vente auprès des USA. Qualcomm va fournir à nouveau des puces informatiques à Huawei. Le constructeur chinois est incapable de produire pour l’instant ses propres chipsets. Il est placé sur la liste noire des Etats-Unis depuis le mois de mai 2019. La marque est privée du coup de la majorité de ses fournisseurs. Durant les dernières semaines, les autorités américaines ont assoupli les sanctions à l’encontre de Huawei. La firme chinoise bénéficie des licences de vente de la part du département du Commerce des USA. Les fournisseurs qui souhaitent collaborer avec le constructeur Huawei peuvent le faire désormais.

De probables smartphones Huawei avec SoC Snapdragon

Qualcomm a la capacité de fournir à Huawei des puces pour smartphone. Elle avait obtenu déjà une licence de vente depuis le mois de septembre dernier. La première autorisation semble bien ne pas concerner les composants consacrés à alimenter les téléphones mobiles. La licence ne concerne en réalité qu’une liste limitative de puces. Cette seconde autorisation des Etats-Unis va permettre d’étendre dès lors le champ d’application de ladite dérogation. Huawei envisage d’intégrer au sein de ses prochains smartphones haut de gamme des SoC Snapdragon. Il s’agit des appareils de la série Mate 50 et des P50. Huawei qui avait été privé de TSMC ne pouvait pas produire les SoC Kirin. Qualcomm promet répondre à toutes demandes possibles de puces de Huawei. Cette autorisation des Etats-Unis va propulser considérablement le groupe chinois. La quantité de puces indispensables à la division mobile de Huawei avait été revue entre temps à la baisse.

Publicité
Publicité